La Médiation de la consommation


CHAPITRE 1 – LE MÉDIATEUR DEVIGNY MEDIATION

Le médiateur DEVIGNY MEDIATION est une personne physique, qui répond à des exigences strictes concernant ses compétences et sa responsabilité.

Le médiateur DEVIGNY MEDIATION est :

  • titulaire d’une maitrise en droit privé,
  • spécialiste en droit de la consommation, dont les connaissances sont régulièrement mises à jour,
  • titulaire du certificat d’aptitude à la profession de médiateur CAP’M,
  • titulaire d’une assurance responsabilité professionnelle (conforme à l’article 2 du décret 96-1112 du 18 décembre 1996).


  • Le médiateur professionnel DEVIGNY MEDIATION respecte strictement le code d’éthique et de déontologie de la médiation et du médiateur.

    Cela lui impose notamment les postures suivantes :

    Le médiateur professionnel DEVIGNY MEDIATION est

  • INDÉPENDANT
  • IMPARTIAL
  • NEUTRE
  • et respecte la CONFIDENTIALITÉ de ce qui lui est confié dans le cadre de la médiation, même vis à vis de la justice.


  • Le médiateur informera les parties, sans délai, de la survenance de toute circonstance susceptible d’affecter son indépendance, son impartialité ou de nature à créer un conflit d’intérêt ainsi que leur droit de s’opposer à la poursuite de sa mission.

    Le médiateur DEVIGNY MEDIATION est agréé par la Commission d’évaluation et de contrôle des médiateurs de la consommation (CECMC) Décision de nomination de la CECMC.

    Il rend compte de son activité de médiateur de la consommation, par le biais d’un rapport annuel, remis à la CECMC.

    CHAPITRE 2 – DÉSIGNATION DU MÉDIATEUR DE LA CONSOMMATION

    Afin de remplir son obligation légale, le professionnel doit désigner un médiateur de la consommation référent.
    Le non-respect de ce dispositif est passible d’une amende administrative de 3 000€ maximum pour les personnes physiques et de 15 000 € pour une société.
    Pour ce faire, il signe une convention de désignation d’un médiateur de la consommation DEVIGNY MEDIATION.
    Afin de garantir son indépendance, la désignation du médiateur de la consommation est irrévocable pendant les trois années de validité de la convention de désignation d’un médiateur de la consommation.



    A quoi sert un médiateur et comment le choisir ?

    CHAPITRE 3 – LE CHAMP D’APPLICATION ET LA RECEVABILITÉ DE LA RÉCLAMATION DU CONSOMMATEUR

    1/ LE CHAMP D’APPLICATION

    Selon le livre VI, chapitre 1er du code de la consommation sont concernés les litiges nationaux et transfrontaliers portant sur l’exécution d’un contrat de vente ou de prestation de services, opposant un consommateur et un professionnel, qu’il soit une personne physique ou morale, publique ou privée.

    Tous les secteurs professionnels sont concernés.

    La médiation de la consommation ne s’applique pas :

  • aux litiges portant sur des services d’intérêt général non marchands, fournis par une administration ou une association, par exemple,
  • aux litiges portant sur des services de santé fournis par des professionnels de la santé aux patients. C’est le cas des médecins généralistes, des médecins spécialistes, des hôpitaux.
  • aux litiges portant sur des services rendus par des prestataires publics de l’enseignement supérieur,
  • aux litiges entre professionnels,
  • à une procédure engagée par un professionnel contre un consommateur,
  • aux négociations directes entre le consommateur et le professionnel,
  • aux réclamations du consommateur auprès du service clientèle du professionnel.


  • 2/ LA RECEVABILITÉ DE LA RÉCLAMATION DU CONSOMMATEUR

    Pour qu’un litige de la consommation puisse être examiné par le médiateur, le consommateur doit justifier avoir tenté de résoudre au préalable le litige au moyen d’une réclamation écrite auprès du professionnel ou de son service clientèle.

    Avant de saisir le médiateur de la consommation, le consommateur doit tenter de résoudre le litige directement auprès du professionnel et garder une preuve écrite des démarches effectuées.

    La demande du consommateur doit être fondée et légitime.

    Le consommateur doit saisir le médiateur de la consommation dans un délai d’un an maximum suivant sa réclamation écrite faite au professionnel.

    Un litige ne peut être examiné par le médiateur de la consommation lorsqu’il a été précédemment examiné ou est en cours d’examen par un autre médiateur ou par un tribunal.

    Si la réclamation du consommateur n’est pas recevable, le médiateur informe le consommateur du rejet de sa demande de médiation dans un délai de trois semaines suivant la réception de son dossier.


    Comment ça marche ?

    CHAPITRE 4 – LE PROCESSUS DE MÉDIATION DE LA CONSOMMATION

    La médiation des litiges de la consommation satisfait aux exigences suivantes :

  • elle est aisément accessible par voie électronique ou par voie postale au consommateur et au professionnel,
  • elle est gratuite pour le consommateur à l’exception des frais suivants,
  • les parties ont la faculté, à leur charge, de se faire représenter par un avocat ou de se faire assister par toute personne de leur choix à tous les stades de la médiation,
  • chaque partie peut également solliciter l’avis d’un expert, dont les frais sont à sa charge. En cas de demande conjointe d’expertise, les frais sont partagés entre les parties.


  • Dès réception des documents sur lesquels est fondée la demande du consommateur, le médiateur de la consommation, notifie aux parties par voie électronique ou par courrier simple, sa saisine. Cette notification rappelle aux parties qu’elles peuvent à tout moment se retirer du processus.

    Le médiateur communique, à la demande de l’une des parties, tout ou partie des pièces du dossier. Le médiateur peut entendre les parties ensemble ou séparément. A défaut d’accord amiable entre elles, il leur propose une solution pour régler le litige.

    Le médiateur, en faisant connaître aux parties la solution qu’il propose, leurs rappelle, par courrier simple ou par voie électronique :

  • qu’elles sont libres d’accepter ou de refuser sa proposition de solution,
  • que la participation à la médiation n’exclut pas la possibilité d’un recours devant une juridiction,
  • que la solution peut être différente de la décision qui pourrait être rendue par un juge.


  • Le médiateur précise également quels sont les effets juridiques de l’acceptation de la proposition de solution et fixe un délai d’acceptation ou de refus de celle-ci.

    Lorsque le médiateur propose une solution aux parties, l’absence de réponse à l’issue d’un délai de réflexion de 14 jours équivaut à un refus. Les parties sont libres d’accepter ou de refuser cette proposition. La proposition de solution par le médiateur peut être différente de la décision qui aurait été rendue par un juge. L’acceptation de la proposition engage juridiquement les parties selon les termes prévus dans cette proposition.

    CHAPITRE 5 – LE RÉSULTAT DE LA MÉDIATION

    Si les parties trouvent une solution amiable avec l’aide du médiateur ou si elles acceptent sa proposition de solution, le médiateur constate la fin de la médiation. Le médiateur informe les parties des effets de l’acceptation de la solution, et notamment le fait qu’une action en justice n’est plus possible, à l’exception des cas où le professionnel aurait dissimulé certaines informations ou si des éléments nouveaux concernant la réclamation apparaissaient.

    En cas de refus de la solution, rien ne s’oppose à la possibilité de l’une des parties à saisir une juridiction du litige. D’ailleurs, la médiation suspend la prescription de droit commun de 5 ans pendant toute la durée de la procédure.

    L’issue de la médiation intervient, au plus tard, dans un délai de quatre vingt dix jours à compter de la date de notification. Le médiateur peut prolonger ce délai, à tout moment, en cas de litige complexe. Il en avise immédiatement les parties (article R.152-5 du code du commerce).

    CHAPITRE 6 – L’OBLIGATION EUROPÉENNE DE RAPPORT ANNUEL DE L’ACTIVITÉ DE MÉDIATION DE LA CONSOMMATION

    La commission d’évaluation et de contrôle de la médiation de la consommation (CECM) évalue régulièrement les médiateurs afin de vérifier qu’ils répondent toujours aux conditions et exigences de qualités propres à l’exercice de la mission de médiateur de la consommation. La commission peut statuer sur le retrait du médiateur de la liste européenne des médiateurs de la consommation.

    Le médiateur envoie un rapport annuel à la CECM comprenant :

  • Nombre de litiges dont le médiateur a été saisi et leur objet.
  • Questions les plus fréquemment rencontrées dans les litiges qui lui sont soumis et ses recommandations afin de les éviter.
  • Proportion de litiges qu’il a refusé de traiter et l’évaluation en pourcentage des différents motifs de refus.
  • Pourcentage des médiations interrompues et les causes principales de cette interruption.
  • Durée moyenne nécessaire à la résolution des litiges.
  • S’il est connu, le pourcentage des médiations qui sont exécutées.
  • Existence de coopération au sein des réseaux de médiateurs de litiges transfrontaliers.
  • Pourcentage des solutions proposées en faveur du consommateur ou du professionnel ainsi que le pourcentage des litiges résolus à l’amiable.


  • Ce rapport est consultable en cliquant sur le lien suivant : rapport annuel d’activité du médiateur.

    LES TARIFS TOUT COMPRIS DEVIGNY MEDIATION




    Le comparatif des prix

    POUR LES CONSOMMATEURS :

    LA MÉDIATION EST GRATUITE.

    Le consommateur peut faire le choix de se faire assister ou représenter par un avocat. Dans ce cas, les frais de représentation par un avocat sont à la charge du consommateur.

    Dans l’hypothèse où le litige opposant le consommateur au professionnel, nécessiterait l’intervention d’un expert, les frais d’expertise pourront être à la charge du consommateur, du professionnel ou partagés entre les parties.

    POUR LES PROFESSIONNELS :

    1/ L’ABONNEMENT À LA PLATEFORME DE MÉDIATION DE LA CONSOMMATION

    En désignant un médiateur de la consommation, le professionnel assure à ses clients l’accès à la plateforme DEVIGNY MEDIATION, et ce pour trois années. Cet engagement est irrévocable afin de garantir l’indépendance du médiateur.

    Le prix de l’abonnement est de 180 € HT par an et par établissement.

    Sont compris dans ces coûts d’adhésion:

  • l’information et la formation sur les obligations du professionnel en droit de la consommation et sur le mécanisme du processus de résolution des litiges,
  • l’accès à la plateforme de saisie pour les consommateurs,
  • les études de recevabilité des dossiers consommateurs. Nous ne facturons aucune étude de recevabilité, quelque soit leur nombre.
  • des informations en droit de la consommation, droit du travail, droit des sociétés, l’actualité juridique et l’évolution de la médiation sous forme d’articles mensuels et forums de discussion.


  • Les abonnements sont à régler à signature de la convention de désignation du médiateur de la consommation DEVIGNY MEDIATION. La facture sera envoyée à réception de la convention signée en bonne et due forme et accompagnée du règlement, ou directement dans l’espace client en cas d’adhésion en ligne.

    2/ COÛT DE LA MÉDIATION DE LA CONSOMMATION

    Dans l’hypothèse où :

  • vous n’avez pas réussi à trouver une solution satisfaisante pour votre client mécontent,
  • que le consommateur saisit le médiateur DEVIGNY MEDIATION,
  • que sa demande rentre dans le champ d’application de la médiation de la consommation,
  • et que sa demande est recevable,
  • alors, le professionnel devra s’acquitter du règlement de la médiation auprès de DEVIGNY MEDIATION


  • Vous seul pouvez décider de résoudre votre litige avec l’aide du médiateur ou pas. La bonne volonté des parties est essentielle à la réussite du processus de médiation.


    LE COÛT DE RÉSOLUTION DU LITIGE DE CONSOMMATION POUR LES PROFESSIONNELS :

    Les tarifs s’entendent tout compris, c’est-à-dire sans limite de temps, sauf le délai légal de 90 jours, et sans limite d’appels téléphoniques ou d’échanges de courriers ou de courriels.

    90 € HT pour une médiation simple

    290 € HT pour une médiation complexe

    Est considéré comme médiation complexe, les médiations :

  • Nécessitant des recherches techniques ou juridiques approfondies,
  • Ayant des objets multiples
  • Nécessitant de nombreux échanges.
  • Quand le litige de consommation prend racine dans un conflit plus général ou personnel


  • Les coûts d’intervention du médiateur DEVIGNY MEDIATION ne se cumulent pas. Le médiateur de la consommation est seul juge de la nature de la médiation à effectuer, au vu du dossier, afin de résoudre le litige.

    Les coûts de médiation sont indépendants du résultat de la médiation.

    Contact


    Vous avez une question ?
    Vous souhaitez un complément d’information ?
    N’hésitez pas à nous contacter

    Adresse

    11 rue de l’étang 49220 THORIGNE-D’ANJOU

    Téléphone

    02 41 25 47 58